Étape 10 : Smara – Marrakech

Pendant les fêtes dans la région entre Tata et Taliouine, les femmes portaient des bijoux à silhouette anthropomorphe dans le frontal et ceci jusque dans la deuxième moitié du 20ème siècle. Ce bijou unique dans son genre au Maroc a fait l’objet de réflexions intéressantes de plusieurs chercheurs. Dans notre collection, se trouvent des variantes inédites de cette forme de bijou qui font penser à la grenouille dont l’attitude assise est souvent assimilée à celle de la femme accroupie dans l’attitude de l’accouchement.

 

En ce qui concerne la tradition du travail niellé, ce ne sont pas l’introduction et la diffusion de cette technique d’origine orientale dans le Sud du Maroc qui méritent en premier lieu l’attention mais bien plus son application à des formes symboliques de tradition saharienne.

 

Tout aussi remarquable par son originalité par rapport aux traditions de l’art islamique est le décor réalisé au henné sur les tissages parfois d’une très grande finesse portés par les femmes dans l’aire géographique dont Imi-n-Tatelt est le centre spirituel. Le décor de ces mêmes tissages est parfois enrichi par de magnifiques broderies le long des bordures des « haïks » ou au milieu du tissage qui couvre les cheveux.

Pour compléter ce tableau, il faut encore mentionner les babouches également richement décorées que ce soit en cuir sur cuir ou par une broderie en soie sur cuir.