Dans cette salle, sont présentées les étapes 1 et 2 où coexistent traditionnellement deux formes d’habitat contrasté répondant à deux formes de vie différentes.

 

Sur l’itinéraire de l’étape 1 : la tente tissée des éleveurs transhumants du Moyen-Atlas

 

Après leurs migrations des régions sahariennes vers les montagnes du haut et du moyen Atlas, les différentes tribus berbères Zénètes et Sanhajas ont développé une véritable civilisation textile en réponse aux besoins découlant de la vie de transhumance avec pour habitat la tente tissée. Leurs tapis et tissages décoratifs présentent une grande originalité technique et esthétique par rapport aux tissages des Bédouins arabes du Maroc, auxquels Zénètes et Sanhajas ont pourtant emprunté l’idée de l’habitat tiss. Bien que la tente soit à présent en voie de disparition comme lieu d’habitation quotidienne, elle réapparaît encore souvent à l’occasion des fêtes.

 

La tente de fête : chef d’oeuvre de l’art textile

La décoration de la tente de fête comprend plusieurs tapis à décor varié ainsi que des tentures et coussins tissés dans différentes techniques. Tous ces éléments sont juxtaposés dans une harmonie toujours parfaite grâce au fait que dans toutes leurs œuvres les tisseuses s’expriment dans le même langage de formes et dans un style propre à la tribu.

 

Les familles, qui pratiquent encore la transhumance, utilisent des tapis-matelas : le côté ras faisant fonction de tapis décoratif alors que les longues moquettes sont tournées vers le sol assurant l’isolation du froid et donnant le confort d’un matelas. L’organisation traditionnelle du décor de ces tapis est non centrée. L’absence d’un médaillon ou motif central pourrait relever du fait que le nomade n’expérimente pas l’espace à partir d’un habitat fixe comme c’est le cas pour les sédentaires du Haut-Atlas,dont les tapis ont un décor centré

 

Sans cadre ni motif central, le décor se déroule par une juxtaposition de motifs les plus variés. Leur intérêt ne dépend pas de leur, emplacement par rapport à un cadre ou un centre. Ils se succèdent sans commencement ni climax ni fin comme les rythmes de l’Ahaidous

 

Musique et danse

L’art du tissage est en effet proche de la musique et de la danse par les gestes réguliers pendant son exécution, alors que son produit matériel final fait partie des arts visuels. La lecture attentive du décor des tapis et tissages anciens parait ainsi révéler que leur réalisation était un authentique moyen d’expression pour ces transhumants.

 

 

Étape 1 : Marrakech – Imilchil – Tinerhir

La tente tissée des éleveurs

transhumants du Moyen-Atlas