Le Musée Tiskiwin a été fondé par Bert Flint, qui est né en 1931 au Pays Bas où il a fait ses études en langue et littérature espagnoles à l’Université d’Utrecht.

 

Une visite à l’Alhambra de Grenade a éveillé en lui un vif intérêt pour l’Histoire de l’Espagne musulmane et la civilisation d’Al Andalous.    - Lors de son premier voyage au Maroc en 1954, il a pu voir que l’architecture et la décoration intérieure de nombreuses demeures privées dans les villes anciennes de ce pays se rattachent à la même tradition artistique que celle qui a inspiré l’art de l’Alhambra. Plus étonnant pour lui a été de constater que les habitants de ces maisons mènent une vie dans laquelle la quête quotidienne de la beauté dans la présentation et de l’élégance dans le geste paraît le but même de l’existence.

 

La tradition andalouse comme elle est encore vécue au Maroc s’est révèle alors à Flint comme un modèle de vie et il a décidé de s’installer à Marrakech (1957) afin de s’initier dans les différents aspects de cette tradition citadine si parfaite. Paradoxalement, cependant, ce sont les manifestations visuelles et musicales du monde rural marocain qui ont progressivement retenu son attention et qui ont finalement exercé une telle attraction sur sa sensibilité artistique qu’il s’est converti d’un amoureux nostalgique de la tradition citadine héritée d’Al Andalous en défenseur passionné de la culture rurale marocaine. Dans plusieurs aspects de celle-ci, il a reconnu les liens profonds qui unissent le Maroc au monde saharien et au continent africain.

 

Pour  mieux comprendre ces liens, il a concentré ses recherches, ces derniers années, sur la culture matérielle des populations de  la Diaspora Saharienne en s’appuyant sur des objets de sa collection personnelle qui englobe tout le Nord Ouest Africain et qui concerne plus spécialement le domaine de l’Art de la Parure.